5

Israël et ses nouveaux appuis

TEL AVIV – L'occupation ininterrompue des territoires palestiniens par Israël cause un tort irrémédiable à sa réputation internationale, s'il faut en croire l'opinion commune. En fait, Israël bénéficie actuellement un degré d'influence mondiale sans précédent dans son histoire, à l'heure où une foule de nouveaux défis internationaux donnent à sa politique étrangère, longtemps tenue en otage par le seul problème palestinien, une marge de manœuvre beaucoup plus importante.

En prenant acte d'une opposition populaire de plus en plus forte au soutien sans équivoque à Israël en Occident, Israël a recherché ailleurs dans le monde de nouveaux partenaires économiques, puis politiques. Entre 2004 et 2014, les exportations d'Israël vers l'Asie ont triplé et ont atteint la somme de 16,7 milliards de dollars l'an dernier, soit un cinquième du total de ses exportations.

Israël négocie à présent davantage avec les géants asiatiques autrefois implacablement hostiles (la Chine, l'Inde et le Japon), qu'avec son principal allié mondial, les États-Unis. Ni le Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui a visité Israël quelques semaines après sa réélection en décembre 2014, ni les dirigeants chinois, qui sont à présent leur troisième plus important partenaire commercial, ne se soucient plus d'associer leurs liens économiques avec Israël à la réussite de pourparlers de paix avec les Palestiniens.

Avec l'Inde, la coopération en matière de défense est à l'ordre du jour. Le ministre israélien de la Défense Moshe Ya'alon a visité l'Inde en février 2015 et le Président indien Pranab Mukherjee lui a rendu la pareille par une visite historique en Israël en octobre. L'élection du nationaliste hindou Narendra Modi au poste de Premier ministre en mai 2014 va sûrement accélérer la coopération. Israël est déjà le deuxième fournisseur de l'Inde en technologie militaire.