Celebrating Eid in London Rob Stothard/Getty Images

Les vérités qui dérangent sur les migrations

LONDRES – La sociologie, l'anthropologie et l'histoire ont apporté d'importantes avancées au débat sur l'immigration. Il semble que l'homo economicus, qui vit seulement de pain, a cédé la place à un individu pour qui le sentiment d'appartenance est au moins aussi important que celui de se nourrir.

On peut dès lors douter que l'hostilité à l'égard de l'immigration de masse soit simplement une protestation contre les pertes d'emploi, la baisse des salaires et les inégalités croissantes. L'économie a certainement joué un rôle dans la montée de la politique d'identité, mais la crise d'identité ne sera pas simplement effacée par des réformes économiques. Le bien-être économique n'est pas la même chose que le bien-être social.

Commençons malgré tout par l'économie, en utilisant le Royaume-Uni, qui s'apprête à sortir de l'UE, comme un cas d'espèce. Entre 1991 et 2013, il y a eu un afflux net de 4,9 millions de migrants nés à l'étranger en Grande-Bretagne.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/BYoUlm6/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.