Images de pénurie

NEW HAVEN – L’image que nous avons tous vue à la télévision, celle de la calotte glaciaire du Groenland qui s’émiette dans l’océan à cause du réchauffement climatique pourrait-elle, indirectement, et psychologiquement, être en partie responsable du prix élevé du pétrole et d’autres matières premières ?

On a coutume d’expliquer la pénurie et la hausse des prix actuelles par la croissance explosive dans les pays émergents, la Chine et l’Inde en particulier, à “l’insatiable” soif de ressources limitées. Mais la psychologie a aussi un rôle à jouer dans les marchés spéculatifs, et peut-être cette image de la disparition de la glace du Groenland rend plus plausible le fait que tout le reste - la terre, l’eau, et même l’air pur - soit aussi en train de s’épuiser.

Prenons une étude de cas, le dernier cycle généralisé d’expansion-dépression des prix des matières premières, qui a provoqué une augmentation (plus ou moins) de ces prix dans les années 1960 jusqu’aux années 1980, et ensuite, généralement, une chute jusqu’au milieu des années 1990. Peut-être les images sont-elles aussi importantes que la substance pour expliquer ce cas.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/KGxxj1r/fr;