oral vaccination Caisii Mao/NurPhoto via Getty Images

Acheminer les vaccins aux localités

GHAZIABAD, UTTAR PRADESH – Une bambine de quatre ans est récemment arrivée à l’urgence où je travaille en tant qu’interne en médecine. Elle se tordait de douleur, son corps saisi de convulsions. Moi et mon équipe sommes rapidement intervenus pour amorcer le protocole en cas de convulsions, lui administrant une solution intraveineuse et tous les médicaments appropriés. Nous avons aussi fait un test : j’ai soufflé de l’air dans sa direction et elle s’est effondrée en douleur ; je lui ai offert de l’eau et son affliction s’est fortement intensifiée. Le diagnostic était évident : elle avait attrapé la rage et il était trop tard pour la sauver.

Sa famille savait qu’un chien l’avait mordu, mais on leur avait dit que des plantes médicinales ancestrales la soigneraient, et ils ont donc tardé à l’amener à l’urgence. Elle est morte en moins d’un jour sous notre garde. Si ses parents étaient venus à l’hôpital immédiatement pour lui faire administrer un sérum et un vaccin contre la rage — elle serait encore vivante. Les cris tourmentés de sa mère accablée par la douleur résonnent encore dans ma tête.

Mes fonctions d’interne en pédiatrie me font souvent côtoyer la mort. Mais voir un enfant innocent périr d’une maladie si facilement évitable par une intervention simple a des effets dévastateurs sur le moral. Car, après tout, la bambine que j’ai vue mourir ce jour-là était loin d’être une exception.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/YJP6LZZfr