krauss44_thierry monasse_pool_getty Images_merkel Thierry Monasse/Pool/Getty Images

La négociation faustienne en Europe

NEW YORK – La deuxième vague d'infections à la COVID-19 a frappé l'Europe plus durement que prévu. L'espoir d'une reprise en forme de V a été remplacé par la crainte d'une récession à double creux, ce qui implique qu'il n'y aura pas de retour rapide aux règles budgétaires normales de l'Union européenne. Plus inquiétant encore, l'Europe se trouve désormais contrainte à un arbitrage entre deux objectifs, qui sont tous deux essentiels à sa viabilité à long terme en tant que bloc politique et économique supranational. Aujourd'hui plus que jamais, l'engagement de l'UE en faveur de l'état de droit semble être sur la table.

Les nouvelles ne sont pas toutes mauvaises. En raison des décisions politiques clairvoyantes des dirigeants de l'UE, les relations nord-sud au sein de l'Union sont plus solides qu'elles ne l'ont été depuis de nombreuses années. Un signe en est que les écarts entre les taux d'intérêt allemands et italiens sont à un niveau historiquement bas, indiquant que la position de l'Italie dans l'euro est désormais solide. La « propagation de l'inquiétude » concernant la durabilité de l'euro s'est atténuée dans toute la partie sud de la zone euro.

Oubliez les obstacles politiques récemment introduits par les États membres d'Europe centrale, avec leurs menaces de veto sur le budget de l'UE et le nouveau fonds de relance COVID-19. Le maintien de la convergence politique et économique tant attendue entre le nord et le sud sera la priorité absolue de l'UE dans les semaines et les mois à venir.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/iJMbhssfr