Skip to main content

A volunteer sets up a street lamp in the market area of the Oshodi district in Lagos PIUS UTOMI EKPEI/AFP/Getty Images

Des mini-réseaux électriques pour une croissance rurale

NAIROBI/NEW DELHI – En Inde, plus de 300 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité, et en Afrique subsaharienne, ce nombre est deux fois plus élevé. Et compte tenu du fait que la croissance démographique doit excéder les taux de raccordement aux réseaux, la pauvreté énergétique devrait s’aggraver avant de s’améliorer.

Pendant des décennies, les communautés rurales des pays les moins avancés ont attendu en vain d’être approvisionnées en électricité par leurs gouvernements respectifs. Mais aujourd’hui, de nouvelles technologies – couplées à des panneaux photovoltaïques meilleur marché, des batteries plus performantes et des systèmes de paiement mobiles – changent la manière dont l’électricité est produite et distribuée. Grâce aux mini-réseaux – gérés par des producteurs d’électricité plus petits et plus localisés – des opérateurs indépendants peuvent électrifier les communautés vivant dans des zones reculées plus rapidement et pour un coût plus bas que les opérateurs traditionnels. La difficulté est de convaincre les politiciens, les investisseurs et les groupes d’intérêt particulier de l’avantage de systèmes décentralisés.

Électrifier les zones rurales au moyen de mini-réseaux n’est pas une idée nouvelle. Des États-Unis au Cambodge, des communautés utilisent depuis longtemps cette approche pour intégrer des infrastructures locales aux réseaux électriques nationaux ou régionaux. Pour les communautés dépourvues de ressources énergétiques, les mini-réseaux peuvent potentiellement changer la donne. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les solutions décentralisées, dont les mini-réseaux, sont l’option qui présente le meilleur rapport coût-efficacité pour fournir de l’électricité à plus de 70 pour cent des personnes non connectées à un réseau dans le monde – à condition que les différents projets puissent attirer de nouvelles sources de financement. L’AIE estime qu’avec un investissement de 300 milliards de dollars et des mesures gouvernementales de soutien, les mini-réseaux pourraient approvisionner 450 millions de personnes d’ici 2030.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

Help make our reporting on global health and development issues stronger by answering a short survey.

Take Survey

https://prosyn.org/T9CmCKq/fr;
  1. reinhart39_ Sha HantingChina News ServiceVisual China Group via Getty Images_jerome powell Sha Hanting/China News Service/Visual China Group via Getty Images

    Jerome Powell’s Dilemma

    Carmen M. Reinhart & Vincent Reinhart

    There is a reason that the US Federal Reserve chair often has a haunted look. Probably to his deep and never-to-be-expressed frustration, the Fed is setting monetary policy in a way that increases the likelihood that President Donald Trump will be reelected next year.

    0
  2. mallochbrown10_ANDREW MILLIGANAFPGetty Images_boris johnson cow Andrew Milligan/AFP/Getty Images

    Brexit House of Cards

    Mark Malloch-Brown

    Following British Prime Minister Boris Johnson's suspension of Parliament, and an appeals court ruling declaring that act unlawful, the United Kingdom finds itself in a state of political frenzy. With rational decision-making having become all but impossible, any new political agreement that emerges is likely to be both temporary and deeply flawed.

    1
  3. sufi2_getty Images_graph Getty Images

    Could Ultra-Low Interest Rates Be Contractionary?

    Ernest Liu, et al.

    Although low interest rates have traditionally been viewed as positive for economic growth because they encourage businesses to invest in enhancing productivity, this may not be the case. Instead, Ernest Liu, Amir Sufi, and Atif Mian contend, extremely low rates may lead to slower growth by increasing market concentration and thus weakening firms' incentive to boost productivity.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions