0

Ethique et dopage

Quand les Jeux olympiques retrouveront leur berceau en Grèce cet été, les résultats des analyses de laboratoire pour détecter des traces de dopage seront sans doute scrutés avec autant d'attention que les événements qui se dérouleront sur le stade. L'histoire du dopage et de son contrôle lors des JO est décourageant, c'est un mélange de tricherie patronnée par l'Etat et de tentatives plus ou moins énergiques et aléatoires de faire respecter une réglementation pas toujours appropriée.

Le transfert des tests et du contrôle antidopage du Comité olympique international et des organismes nationaux à l'Agence mondiale antidopage (AMA) et à des organisations similaires au niveau national a éveillé récemment de nouveaux espoirs. Ainsi, l'Agence américaine de lutte antidopage (Usada) a joué un rôle central dans la découverte de l'utilisation d'un nouveau stéroïde de synthèse, le THG, lié à une société californienne de restauration pour les sportifs professionnels et les participants aux JO.

Chicago Pollution

Climate Change in the Trumpocene Age

Bo Lidegaard argues that the US president-elect’s ability to derail global progress toward a green economy is more limited than many believe.

Mais ces espoirs seront déçus si nous ne prenons pas véritablement en compte le défi éthique qui se pose. Les interdictions sont condamnées à l'inefficacité si nous n'expliquons pas clairement ce qu'il y a de répréhensible dans le dopage. Il y a trois raisons fondamentales pour l'interdire : garantir à tous les athlètes des conditions de compétition équitables, préserver leur intégrité et sauvegarder ce qui donne au sport toute sa signification et sa valeur.

Les jeunes athlètes qui participent aux JO consacrent leur vie à leur sport avec la volonté de se mesurer aux athlètes les plus talentueux et les plus persévérants de la planète. La différence entre celui qui est médaille d'or et un concurrent non classé se mesure parfois en fractions de seconde ou de centimètre. Une différence minime suffit à creuser l'écart. Or cette différence peut être due à un produit dopant.

Les athlètes qui veulent rester propres ressentent très profondément le risque d'être battu par un concurrent ni plus rapide ni plus fort ni plus persévérant, mais qui a utilisé des produits dopants. Si ces produits sont interdits mais que certains en fassent quand même usage, les chances sont en faveur des tricheurs. Si nous interdisons l'utilisation des produits dopants aux JO, nous avons le devoir vis-à-vis des athlètes de dissuader, d'identifier et de punir les tricheurs.

L'honnêteté semble une idée ringarde, mais elle est au cœur de ce que nous sommes et de notre manière de vivre. Les produits dopants confrontent les athlètes à la notion d'honnêteté, et ce de deux manières. D'abord, s'ils sont interdits, choisir de ne pas les utiliser est un test de la personnalité. Une personne honnête ne cherche pas à l'emporter par des méthodes qui la favorisent de manière indue.

Ensuite, l'honnêteté suppose intégrité à toute épreuve, solidité morale et insensibilité à la corruption. Quand un athlète remporte une compétition après s'être dopé, quelle peut être sa signification à ses propres yeux ? Suis-je le meilleur ou ma victoire est-elle entachée par l'effet d'une substance dopante ? La signification d'une victoire obtenue de cette manière est ambiguë et insaisissable, même pour l'athlète. C'est le résultat de la corruption et de la rupture d'un contrat moral, l'exact opposé d'une victoire authentique.

Qu'est ce qui rend une victoire authentique ? Qu'est-ce qui donne au sport sens et sa valeur ? On attend d'un champion la combinaison d'un talent naturel hors du commun avec un effort exemplaire, l'entraînement et la technique. Ce sont là des formes de l'excellence humaine. Certains en sont pourvus, d'autres non. J'adorais jouer au basket, mais je n'atteignais pas 1,80 m. Un bon tir au panier et ma volonté de faire tous les sacrifices n'ont influé ni sur ma taille ni sur mes médiocres qualités de sauteur.

Quelles que soient nos capacités, elles ne suffisent pas, elles doivent être développées. Nous y parvenons - ou pas - grâce à un ensemble de qualités telles que la force de caractère voulue pour s'entraîner sans répit, le courage physique pour persévérer malgré la douleur et l'intelligence pour l'emporter sur les concurrents. S'y ajoutent d'autres facteurs, tels qu'un bon entraîneur, un équipement optimal et une alimentation appropriée.

Les qualités innées doivent être respectées pour ce qu'elles sont : le résultat parfois impressionnant du tirage au sort génétique. Le courage, la force de caractère, l'intelligence de la compétition et d'autres qualités appellent à juste titre l'admiration ou l'estime. Mais les autres facteurs - l'équipement, l'entraîneur et l'alimentation - n'éveillent pas les mêmes sentiments. Quand on regarde un sprinter battre un record olympique au 100 mètres, ce ne sont pas ses chaussures qui forcent l'admiration, ni même son entraînement ou la barre d'aliments énergétiques qu'il a grignoté juste avant la compétition.

Tous ces éléments ont contribué au record, de la même manière qu'il a fallu un bon appareil de photo à Ansel Adam pour prendre des clichés inoubliables de l'Ouest américain ou bien qu'il a fallu du marbre de qualité et un burin bien affilé à Michel Ange pour réaliser sa sculpture de David. Mais c'est la combinaison d'un talent inné remarquable et d'un investissement personnel exceptionnel qui donne au résultat tout son sens et sa valeur, c'est à cela que nous sommes avant tout sensibles.

Fake news or real views Learn More

Le dopage travestit les dispositions naturelles et remplace l'investissement personnel et la concentration sur un objectif qui suscitent notre admiration. Il avilit le sport, faisant de concurrents de second rang des vainqueurs et privant les meilleurs athlètes et les plus honnêtes de leur victoire.

Eliminer le dopage ne sera pas chose facile et le succès n'est pas garanti. Mais l'effort en vaut la peine, car nous croyons dans les valeurs d'honnêteté et d'équité, ainsi que dans la signification et la valeur du sport.