Drones flying over Honolulu cityscape, Hawaii, United States Colin Anderson/Getty Images

Vols de chimères sans équipage

BOSTON – Peu d’engins modernes ont suscité autant d’engouement que les drones. Si les aéronefs civils sans pilote embarqué ont d’abord été commercialisés comme des gadgets purement ludiques, il n’a pas fallu longtemps aux entrepreneurs et aux géants de l’industrie pour saisir les possibilités infinies qu’ils offraient. Les ventes annuelles aux États-Unis devraient atteindre en 2020 les sept millions d’appareils, et nombreux sont ceux qui prédisent déjà un avenir où les drones redessineraient nos villes – avec livraisons télécommandées, surveillance aéroportée et autres applications imprévues.

Notre imagination collective s’est emparée d’une de ces éventualités, qui la séduit plus que les autres : l’idée que les drones pourront bientôt transporter les gens dans les ciels de nos villes. Des taxis volants viendront-ils un jour nous arracher de notre jardin pour nous laisser tomber délicatement devant le cinéma ou notre restaurant préféré ?

Avant de songer à héler un taxi aérien, considérons un peu ce que signifieraient réellement des cieux urbains grouillant d’essaims d’hélicoptères miniature transportant leurs passagers vers leur prochaine destination. Si les drones auront sans doute à l’avenir de nombreux usages, je ne crois pas que le transport des personnes au-dessus de nos villes puisse ou doive être l’un d’entre eux.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/dX17f5I/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.