Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

theresa may Christopher Furlong - WPA Pool/Getty Images

L’hiver vient au Royaume-Uni

PRINCETON – Le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne est en train de tourner court. Le plan dit « de Chequers », sur lequel la Première ministre Theresa May a fondé sa stratégie de négociation est mort né. Il a été non seulement rejeté par l’UE et, dans l’opposition, par le Parti travailliste, mais aussi par un nombre suffisant de députés conservateurs pour garantir son échec devant la Chambre des communes.

Le seul choix possible du gouvernement May est donc de temporiser et d’espérer que quelque chose survienne (en d’autres termes d’attendre que ça passe) ; or si la voie sans issue actuelle pourrait ne traduire que les faiblesses de la stratégie adoptée par May dans la négociation, elle peut aussi signifier que le Brexit n’a d’autre logique que son incohérence.

Pour ce qui le concerne, le plan de Chequers repose sur une série de compromis fragiles. Le Royaume-Uni maintiendrait des relations douanières avec l’Union européenne, mais n’appartiendrait plus à l’union douanière. Les tribunaux britanniques et européens appliqueraient un « règlement » commun, alors que le Royaume-Uni aurait la possibilité ne pas suivre les règles commerciales de l’UE lorsqu’il conclurait des accords avec des tierces parties.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/WDAsfaXfr;

Edit Newsletter Preferences