Les enjeux du Kazakhstan

BRUXELLES – Les opposants au rapprochement de l’Occident et du Kazakhstan évoquent le manque de droits politiques et humains dans ce pays. Mais si le Kazakhstan n’a pas encore vécu la “révolution colorée” qui mène à la démocratie, qu’ont déjà connue d’autres républiques anciennement soviétiques comme l’Ukraine et la Géorgie, sa timidité en termes de réformes ne justifie sa mise à l’isolement.

Après tout, l’Occident ne répugne en rien à négocier avec la Russie autoritaire et la Chine communiste. En outre, le Kazakhstan, tout en étant un pays à majorité musulmane, a établi le type de régime laïque, multiethnique et multi-religieux que l’Occident cherche à encourager dans tout le monde musulman.

Mais les principales raisons de ne pas isoler le Kazakhstan sont géostratégiques. Les Kazakhs ont très envie de vendre leur pétrole et leur gaz à l’Occident, juste au moment où l’Union européenne cherche à se défaire de sa dépendance de l’approvisionnement russe. Et pourtant, la porte vers une éventuelle collaboration UE-Kazakhstan est peut-être en train de se fermer.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/xxd6sOW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.