Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

saikal5_STRAFPGetty Images_kabul STR/AFP/Getty Images

La paix avec les talibans est-elle possible ?

CANBERRA – Malgré les négociations de paix en cours entre les États-Unis et les talibans, le sanglant conflit afghan continue de prélever son lourd tribut sur la population. Le récent attentat suicide perpétré par la branche du Khorassan de l’« État islamique » (EI), à Kaboul, lors d’un mariage, qui a tué plus de 60 personnes et en a blessé près de 200, est un rude rappel de l’insécurité régnant dans le pays. Il montre aussi que les talibans ne sont pas les seuls opposants armés nourrissant le conflit. Un pacte entre les États-Unis et les talibans n’apportera donc, probablement, aucun répit.

Les négociations entre les deux parties – en l’absence du gouvernement afghan – rappellent deux autres processus de paix, plus anciens : les discussions de Paris qui débouchèrent en janvier 1973 sur le traité de paix entre le Vietnam du Nord et les États-Unis, et les pourparlers qui conduisirent, en 1988, aux accords de Genève, signés par les gouvernements afghan et pakistanais, auxquels l’Union soviétique et les États-Unis avaient apporté leur garantie.

L’un et l’autre accords étaient avaient pour fonction de permettre aux États-Unis pour le premier, à l’URSS pour le second, de sortir « par le haut » d’une guerre que ni l’une ni l’autre de ces grandes puissances ne pouvaient gagner, en imposant, respectivement, la « vietnamisation » et l’« afghanisation » du conflit. Aucun de ces accords ne parvint à remplir leurs objectifs.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/R00ZkhAfr;
  1. skidelsky147_Christoph Soederpicture alliance via Getty Images_policechristmasmarketgermany Christoph Soeder/picture alliance via Getty Images

    The Terrorism Paradox

    Robert Skidelsky

    As the number of deaths from terrorism in Western Europe declines, public alarm about terrorist attacks grows. But citizens should stay calm and not give governments the tools they increasingly demand to win the “battle” against terrorism, crime, or any other technically avoidable misfortune that life throws up.