Les maladies mentales aux Etats-Unis

BOSTON – Le déclin mondial relatif des Etats-Unis est devenu un sujet fréquent dans les débats de ces dernières années. Les partisans du point de vue post-américain mettent en avant la crise financière de 2008, la récession prolongée qui en a résulté et la montée en puissance constante de la Chine. La plupart sont des experts en relations internationales, qui envisagent la géopolitique à travers le filtre de la compétitivité économique, et qui imaginent l'ordre mondial comme une balançoire à bascule, dans lequel montée en puissance d'un joueur implique nécessairement la chute d'un autre.

Mais la focalisation exclusive sur les indicateurs économiques a empêché l'examen des implications géopolitiques d'une tendance nationale des Etats-Unis tout aussi souvent débattue, mais par un autre groupe d'experts : les taux toujours croissants de maladie mentale grave aux Etats-Unis (qui sont déjà très forts depuis longtemps).

L'affirmation selon laquelle la propagation de la maladie mentale sévère a atteint des proportions « épidémiques » a été si souvent entendue que, comme tout poncif, elle a perdu son effet choquant. Mais les répercussions sur la politique internationale des conditions invalidantes diagnostiquées comme pathologies maniaco-dépressives (y compris la dépression majeure de type unipolaire) et la schizophrénie ne sauraient être plus graves.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/mts6Sr2/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.