Pedro Molina

La nécessité d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie

BRUXELLES – Nul n’ignore ce dicton bien souvent utilisé dans l’interprétation des relations internationales, selon lequel les ennemis de mon ennemi seraient mes amis. Cette formule se vérifie parfois, mais se révèle souvent erronée.

Il y a trente ans, combattant les envahisseurs soviétiques de leur pays, les moudjahidines afghans furent à tort considérés par l’Occident comme des amis. Un présupposé qui apparaît aujourd’hui des plus aberrants eu égard aux divers événements survenus depuis.

L’aggravation de la crise en Syrie, de même bien sûr que l’utilisation d’armes chimiques dans le pays, a fait naître une dynamique et un dilemme similaires. Mais cette fois-ci, l’Occident ne saurait commettre les mêmes erreurs, ni privilégier des choix aussi lourds de conséquences.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/pdR5WhW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.