Evacuation from Aleppo Anadolu Agency/Getty Images

L’année qui a mis fin à une époque ?

MADRID – Alors que 2016 tire à sa fin, les perspectives de 2017 sont enveloppées de mystère. La tension monte au Proche-Orient et des mouvements populistes surgissent en Europe et aux États-Unis.

Au Proche-Orient, le conflit tragique de la Syrie s’éternise, malgré plusieurs vaines tentatives de rapprochement, qui ont été marquées par le désaccord fondamental sur le rôle futur du président syrien Bachar el-Assad dans un éventuel processus de paix ou de transition politique. Depuis lors, cette dernière semaine, les troupes du gouvernement syrien, aidées par la Russie et de l’Iran, ont reconquis presque la totalité d’Alep — autrefois la plus grande ville de la Syrie, maintenant complètement dévastée par la guerre.

La priorité mondiale pour l’année qui vient doit être de réaliser la paix en Syrie, ce qui nécessitera une étroite coopération régionale et internationale. Le 27 décembre, l’Iran, la Russie et la Turquie tiendront une réunion tripartite à Moscou pour décider d’une solution politique au conflit syrien. Cette réunion, si elle a lieu, sera probablement éclipsée par les retombées de l’assassinat de l’ambassadeur de la Russie en Turquie. Mais il n’y a rien de plus surprenant que ce sont ces parties prenantes, et non les États-Unis et l’Union européenne, qui sont en voie de négocier un tel accord.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QPhKasP/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.