wederdimauro3 Getty Images

La bonne idée des échanges de dette-climat

GENÈVE – Et s'il existait une solution miracle pour faire face à la crise climatique, la crise de la dette induite par la pandémie et la nécessité de relancer le financement du développement à la fois ?

Il est certainement intéressant d'essayer de résoudre ces problèmes conjointement, car nous devons déjà mobiliser les financements climatiques des pays riches (les principaux pollueurs) pour aider les pays à faible revenu (qui supporteront une charge disproportionnée du changement climatique). La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que « les grandes économies ont un devoir particulier envers les pays les moins développés et les plus vulnérables », et la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a déclaré « qu’il est logique » de chercher à faire face aux tensions sur la dette et la crise climatique conjointement. L'idée est d'organiser des « échanges de dettes vertes ».

L'idée n'est pas nouvelle ; quelque chose de similaire a été testé depuis les années 1980. Au cours de cette décennie perdue, les obligations dites Brady étaient le principal élément d'un « menu » international d'instruments de restructuration de la dette. Les débiteurs ont utilisé des prêts officiels du FMI et de la Banque mondiale pour acquérir des obligations du Trésor américain comme garantie, ce qui leur a permis d'échanger des prêts bancaires existants à un prix largement inférieur à leur valeur faciale contre des obligations Brady négociables et garanties. Des échanges « dette-nature » étaient également au menu pendant cette période, mais ils représentaient des accompagnements.

To continue reading, register now.

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

Subscribe

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

https://prosyn.org/2R0XoTsfr