peralta1_MUNIR UZ ZAMANAFP via Getty Images_farm laborers MUNIR UZ ZAMANAFP via Getty Images

De nouvelles règles mondiales pour un avenir alimentaire plus juste

GENÈVE – Cette année, nos gouvernants vont avoir l’occasion d’améliorer les règles internationales afin que les processus engagés vers l’instauration d’échanges agricoles plus équitables et durables puissent reprendre leur cours et que soient comblés les retards récemment enregistrés dans la lutte contre la faim et la malnutrition. Le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, en septembre, la conférence de l’ONU sur le climat (COP26), en novembre, et la conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce qui commence à la fin du mois, devraient leur permettre d’avancer sur ces deux points.

La pandémie de Covid-19, les ralentissements économiques, les changements climatiques et les conflits armés sont autant de multiplicateurs de la faim et de la malnutrition. Et le récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) n’est que la dernière d’une série d’alertes qui montrent pourquoi les gouvernements doivent agir immédiatement et énergiquement afin de relever les défis auxquels nous sommes confrontés.

Les gouvernements devraient tout particulièrement s’attacher à la correction et à la réduction des distorsions dont souffrent actuellement les marchés agricoles. Si les responsables politiques parviennent à améliorer le fonctionnement de ces marchés, les producteurs et les consommateurs les plus fragiles seront les premiers à en profiter.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/NcjLNmtfr