L'Europe aura-t-elle la volonté d'agir avant qu'il ne soit trop tard ?

NEWPORT BEACH – Tandis que la crise de l'Europe s'aggrave, on ne compte plus les métaphores pour décrire la situation. Pour certains l'heure du glas a sonné, pour d'autres l'Europe est une voiture qui fonce vers l'abîme. Pour tous, nous approchons d'un moment existentiel dangereux.

Les optimistes - heureusement il en reste quelques-uns, notamment en Europe même - pensent que lorsque la situation sera vraiment grave, les dirigeants politiques prendront le taureau par les cornes et remettront l'Europe sur la voie de la croissance, de la création d'emplois et de la stabilité financière. Mais les pessimistes sont de plus en plus nombreux et de plus en plus influents. Ils soulignent que des dysfonctionnements politiques s'ajoutent à la crise financière, exacerbant les conséquences de l'erreur de conception initiale de la zone euro.

L'avenir dépend en fin de compte de la volonté des Etats de la zone euro de prendre les décisions difficiles indispensables, de manière coordonnée et au bon moment. Mais ce n'est pas le seul facteur : quand ils en auront la volonté, auront-ils aussi la capacité de renverser le cours des choses ? Le retard pris rend le défi encore plus impressionnant et le résultat encore plus incertain.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ApupOqv/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.