Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

saikal2_AFPGetty Images_iraniansoldiersmarch AFP/Getty Images

Un affrontement infernal

CANBERRA – L’ancienne ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, Samantha Power, qualifiaient les guerres génocidaires de « problème infernal ». Tandis que l’administration du président Donald Trump fait monter la tension avec l’Iran, le monde doit aujourd’hui considérer la perspective d’un « affrontement infernal » entre les deux pays.

Jusqu’à présent, ni les États-Unis ni l’Iran ne disent vouloir la guerre. Mais pas à pas, inexorablement, ils s’engagent sur des routes de collision. Les États-Unis ont sensiblement renforcé leur déploiement militaire dans les parages de l’Iran, envoyant au Moyen-Orient le groupe de frappe du porte-avions USS Abraham Lincoln et un détachement spécial de bombardiers, afin de mettre en garde le régime iranien contre toute action d’intimidation. Les dirigeants iraniens ont concomitamment dénoncé ces mouvements, où ils ne voient que provocation visant à pousser leur pays vers un conflit armé, comme des actes de guerre psychologique.

Depuis sa prise de fonctions, Trump n’a cessé de peindre l’Iran en source du mal – y compris en instigateur du terrorisme international – dans la région et au-delà. Il a dénoncé la politique de dialogue de son prédécesseur Barack Obama et soumet le régime iranien à une pression maximale, avec trois objectifs en tête.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/C9zpQMjfr;
  1. solana114_FADEL SENNAAFP via Getty Images_libyaprotestflag Fadel Senna/AFP via Getty Images

    Relieving Libya’s Agony

    Javier Solana

    The credibility of all external actors in the Libyan conflict is now at stake. The main domestic players will lower their maximalist pretensions only when their foreign supporters do the same, ending hypocrisy once and for all and making a sincere effort to find room for consensus.

    0

Edit Newsletter Preferences