Les égarements de la politique étrangère allemande

BERLIN – La chancelière allemande Angela Merkel aime à naviguer à vue au plan politique – et qui plus est avec une vue très courte. Mais quand le brouillard réduit votre visibilité, et que vous n’êtes pas un conducteur instinctif (ce qui semble bien être son cas), et que vous avez égaré vos lunettes, en plus de vous mettre en danger, vous faites courir des risques à d’autres.

Cette analogie résume la politique étrangère allemande à propos de la Libye. Les dommages qu’elle a infligés à l’Allemagne et à sa position dans le monde ne sont que trop évidents : l’Allemagne n’a jamais été aussi isolée. Le pays a perdu sa crédibilité auprès des Nations unies et au Moyen-Orient ; sa prétention à un siège permanent au Conseil de sécurité vient d’être anéantie pour de bon ; et l’on peut vraiment s’inquiéter pour l’avenir de l’Europe.

La résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui autorise la mission en cours pour protéger la population libyenne, a reçu le soutien explicite ou tacite des cinq puissances ayant droit de veto du Conseil de sécurité. Elle a également été approuvée par une majorité des membres du Conseil, par la Ligue arabe et par l’Organisation de la conférence islamique, et bénéficie de la participation militaire de deux États arabes. Que fallait-il de plus à l’Allemagne pour qu’elle approuve l’intervention ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/d9Acfxd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.