Paul Lachine

L’impuissance des puissants

NEW YORK – Un peu partout dans le monde, les élites sont sous pression. Les activistes du Tea Party de l’Amérique ex urbaine tempêtent contre les élites dites libérales de New York, Washington, et Hollywood. En Europe, les populistes démagogues, comme Geert Wilders aux Pays Bas, tempêtent contre les « conciliateurs » élitistes de l’Islam. En Thaïlande, les manifestants en chemises rouge des régions rurales du nord-est tempêtent contre les élites militaires, sociales et politiques de Bangkok.

Le principe premier de la démocratie est que le gouvernement doit reposer sur un consentement populaire, même s’il est constitué de membres pour lesquels de nombreuses personnes n’ont pas voté. La colère qui s’exprime un peu partout dans le monde contre les gouvernements indique clairement que ce consentement s’effrite dangereusement. De plus en plus de personnes dans les pays démocratiques se sentent sous-représentés, angoissés et en colère. Et ils accusent les élites.

Le phénomène est mondial mais les causes diffèrent d’un pays à l’autre. Le populisme américain est différent du populisme thaï. La culture et les races sont des éléments déterminants aux Etats-Unis – la culture du port d’arme, par exemple, et le malaise induit par le fait d’avoir un président noir, sorti de Harvard, qui s’exprime comme un professeur de droit.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/PvtogRG/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.