17

C'est l'autoritarisme qui pose problème, pas l'islam !

PRINCETON – L'islam est-il fondamentalement incompatible avec la démocratie ? De nombreux événements nous amènent à nous poser la question. Mais c'est une question qui obscurcit les choses, plutôt que de les éclairer.

La Turquie, l'Egypte et la Tunisie sont des pays très différents les uns des autres, mais ils sont tous gouvernés par les islamistes (au moins jusqu'à une époque récente dans le cas de l'Egypte). A des degrés variés, leurs promesses de démocratie se sont relevées creuses, car ils n'ont pas défendu les libertés publiques et les droits de l'homme et ont réprimé durement leurs adversaires. Malgré leurs assurances répétées, l'intérêt des dirigeants islamistes pour la démocratie n'a duré que le temps d'une campagne électorale.

Ceux qui estiment que la destitution du gouvernement Morsi est justifiée avancent un argument : de plus en plus autoritaire, le régime des Frères musulmans a foulé aux pieds les idéaux et les aspirations de la révolution de la place Tahrir qui a renversé l'ex-président Moubarak en 2011.

Néanmoins le soutien de nombreux  libéraux égyptiens en faveur du coup d'Etat militaire est difficile à accepter. Aussi habile puisse-t-elle être, la dialectique ne permet pas de masquer l'essence de ce qui s'est passé : l'armée a chassé un gouvernement élu à l'issue d'élections équitables.