Dean Rohrer

Le langage de la protestation globale

PRINCETON – Les vagues de protestations qui embrasent l’Occident, du Chili à l'Allemagne, demeurent curieusement imprécises et sous analysées. Certains évoquent la plus importante mobilisation globale depuis 1968 – lorsque les enragés de pays très différents avaient fusionné autour de préoccupations similaires, tandis que d'autres affirment qu'il n'y a rien de nouveau dans cette mobilisation.

L’analyste politique bulgare Ivan Krastev, par exemple, prétend que ce à quoi nous assistons aujourd'hui est un 1968 « inversé ». « A l’époque, » selon lui, « les étudiants dans les rues européennes revendiquaient leur désir de vivre dans un monde différent de celui de leurs parents. Aujourd’hui, les étudiants descendent dans la rue pour revendiquer leur désir de vivre dans le monde de leurs parents. »

Aucun nom ni aucune interprétation ne s’est véritablement rattaché à ces mouvements. Mais la direction qu’adopteront ces mouvements pourrait être déterminée par leur manière de se décrire – et l’analyse qu’en feront les spécialistes. Cette compréhension d’eux-mêmes devrait aussi influer sur la réaction des citoyens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/D0TrQe9/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.