Le grand bazar des organes

LUND – Le site en ligne 88DB.com Philippines est un portail en ligne actif qui permet à des fournisseurs et à des consommateurs de services de se trouver et d’interagir entre eux. Naoval, un Indonésien de « groupe sanguin AB, ni drogues ni d’alcool, » veut vendre son rein. Un autre homme dit : « Je suis Philippin et je suis prêt à vendre mon rein pour ma femme. Elle a un cancer du sein et je n’ai pas les moyens de payer son traitement. » Puis il y a Enrique qui est « prêt à faire don de son rein pour un échange. 21 ans et en bonne santé. »

Le site www.liver4you.org, qui proposait il y a encore quelques années, des annonces de ce genre, promettait des foies pour 80 000$ à 110 000$. Les coûts de l’opération, y compris les honoraires des chirurgiens – immatriculés aux États-Unis, en Grande Bretagne ou aux Philippines – étaient inclus dans ce prix.

Toute cette activité internet n’est que la partie visible de l’iceberg d’une nouvelle économie globale d’organes humains en augmentation. En effet, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a estimé à près de 10% les transplantations d’organes dans le monde résultant uniquement de transactions commerciales.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/wC61bRW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.