Les racines globales des soubresauts de l’Euro

FLORENCE – Il serait bien trop simpliste d’expliquer la vague d’inquiétude soulevée actuellement par l’euro uniquement par les problèmes de la Grèce. La Grèce a de considérables problèmes budgétaires et de compétitivité, mais la Grèce (2,25% de la population de l’Union Européenne) est plus petite que la Californie (12% de la population des Etats-Unis). Et la Californie elle-aussi souffre de difficultés budgétaires considérables et d’une compétitivité sur le déclin dans certains secteurs d’activité industrielle dans lesquels elle fut pionnière à une époque.

Les problèmes actuels de l’Euro sont plutôt le reflet de problèmes non résolus tant à l’échelle mondiale qu’à l’échelle européenne. La devise commune est le canari dans la mine du système de change global.

L’euro est un indicateur précis du niveau des tensions internationales en cela que c’est une expérimentation audacieuse : une devise qui n’est pas rattachée à un état mais qui découle plutôt de règles et de traités internationaux. C’est plus une créature de l’intellect que le produit du pouvoir. C’est une devise post-moderne ou post-année 70. Mais au lendemain d’une crise, les pays préfèrent défendre les intérêts nationaux plutôt que de respecter les règles internationales.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Y0IpcFU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.