Dean Rohrer

Se battre pour l’Allemagne du centre

BERLIN – L’Allemagne a rendu son verdict. Les urnes ont rejeté en bloc un nouveau mandat de la grande coalition, reléguant les sociaux-démocrates aux abysses. Du SPD de Gerhard Schröder fier autrefois, seules des ruines demeurent. Malgré une nette préférence pour le centre droit, les chrétiens-démocrates (CDU) ne sortent pas indemnes. Mais tandis que les pertes de la CDU sont modérées, la CSU, sa petite sœur bavaroise, a essuyé une débâcle juste derrière les sociaux-démocrates.

On dirait donc que le SPD a touché le fond, que la CSU est en chute libre et que la CDU est fatiguée. Aucun doute, les gagnants sont Guido Westerwelle et son parti libéral, suivi de Die Linke (la Gauche) et les Verts – ces trois là ont obtenu leur score le plus élevé de l’histoire.

Mais la réalité est un peu plus compliquée. La vraie gagnante c'est Angela Merkel. La chancelière a joué gros et, contre toute attente, a décroché le jackpot. Au contraire de son parti, elle est plus forte que jamais. Alors, verrons-nous une nouvelle Merkel, une chancelière libérée des contraintes du SPD dans la coalition gouvernementale, plus tranchante, réformiste et encline à prendre des risques politiques ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/SYquTxF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.