La fin de l’histoire (économique) ?

PARIS – Certains travaux académiques, pour des raisons qui restent en partie obscures, laissent une trace durable dans l’histoire intellectuelle. C’est le cas de celui de John Maynard Keynes, “Perspectives économiques pour nos petits-enfants”.

L’importance de cet article de Keynes reposait non pas tant sur la manière dont il répondait aux questions qu’il posait, mais sur la nature même de ces questions. Le fonctionnement même du système capitaliste pourrait-il aboutir à la résolution du problème de la rareté économique – et, de là, à la fin du capitalisme lui-même ? À quoi pourrait ressembler la vie des gens dans un tel monde ?

Keynes a commencé à examiner ces questions par le calcul des intérêts composés et de son résultat spectaculaire lorsqu’on l’applique à une longue période. Avec un taux de croissance de 2%, n’importe quel chiffre, y compris le PIB, sera multiplié par 7,5 en un siècle. Le problème économique – qui est à la base de l’économie – pourrait-il être résolu par une telle augmentation ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/bjnOjPN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.