Le dilemme du multiculturalisme

Bien des gens sont soudain devenus mal à l'aise à l'idée d'utiliser l'expression de "société multiculturelle". Ou alors ils hésitent à l'utiliser avec une connotation positive, comme représentation d'un objectif louable.

Les attentats de juillet à Londres ont mis en évidence la force et la faiblesse de ce concept. Londres est sans nul doute une métropole multiculturelle. Un attentat aveugle - une bombe dans le métro - frappe nécessairement des gens de cultures et d'origines très diverses.

A s'asseoir ou plus probablement à se tenir debout dans le "tube" (le surnom affectueux donné au métro londonien), on ne peut qu'être étonné de la facilité avec laquelle des mères de famille juives et des hommes musulmans, des adolescents indiens et des hommes d'affaires d'Asie du Sud, et encore beaucoup d'autres qui subissent le même stress, parviennent à en diminuer l'impact en faisant preuve de civilité les uns envers les autres. Les attentats terroristes ont montré non seulement comment des personnes données se sont entraidées, mais aussi comment toute la ville, avec tout son extraordinaire mélange humain, a su faire preuve de résilience.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/jYjJWQd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.