0

Le Cher Dirigeant fait le ménage pour le Jeune Général

SEOUL – À une certaine époque, peu après la fin de la guerre froide, il se disait que la Corée du nord allait rapidement s’effondrer. La mort soudaine en 1994 de Kim Il-sung, fondateur de l’expérimentation tyrannique et économiquement désastreuse nord-coréenne avait renforcé cette conviction. C’était à l’époque.  

Aujourd’hui, personne ne peut affirmer de façon crédible que le régime dynastique nord coréen, désormais dirigé par le « Cher Dirigeant » Kim Jong-il, l’un des fils de feu le « GrandDirigeant » Kim Il-sung, soit proche de sa fin. La conviction sur l’imminence de la fin de la dynastie Kim laisse place à un consensus sur sa pérennité.

Immédiatement après la congestion cérébrale qui causât la mort de son père dans une villa d’une station balnéaire exclusive sur une montagne retirée, Kim Jong-il consolidait le pouvoir politique en le concentrant entre les mains de quelques peu nombreux irréductibles loyalistes  – et en emprisonnant, torturant et tuant tous ceux qu’il considérait comme des opposants politiques.

Néanmoins, malgré sa durée, la main mise du Cher Dirigeant sur le pouvoir a en quelques occasions été menacée par un petit groupe de dissidents. Et à l’heure où l’affaiblissement de son état de santé le force à préparer le passage de témoin à son troisième et plus jeune fils, Kim Jong-un (appelé le « Jeune Général »), l’opposition se fait plus visible.