0

La ruée vers la succession d'Arafat

Pour comprendre à quoi ressemblera la cause palestinienne sans Yasser Arafat, examinons les différents titres qu'il détient actuellement. Arafat est président du comité exécutif du PLO, président de l'Autorité nationale palestinienne, commandant en chef des forces palestiniennes et dirigeant du mouvement Fatah.

Le PLO incarne les aspirations nationales palestiniennes à l'indépendance et à la volonté de devenir un Etat. Il constitue le corps politique le plus haut pour tous les Palestiniens, tant pour ceux qui vivent en Palestine que les réfugiés et d'autres Palestiniens de la diaspora. Le successeur d'Arafat devra jongler entre les négociations avec Israël, qui nécessiteront des concessions sur le «�droit de retour » des réfugiés en Palestine, et les aspirations de plus de trois millions de Palestiniens qui souhaitent retourner dans les foyers dont ils ont été expulsés lors des guerres de 1948 et 1967.

Le successeur d'Arafat à la présidence de l'Autorité nationale palestinienne sera lié par les Accords d'Oslo, qui ont créé un gouvernement intérimaire, actuellement dirigé par le premier ministre Ahmad Qurei, qui est responsable des vies quotidiennes des Palestiniens vivant sur la Rive occidentale et dans la Bande de Gaza. Les Palestiniens devront décider si le président de l'ANP occupera une position solide ou simplement symbolique, comme c'est le cas actuellement. La seconde option ferait de Qurei un premier ministre habilité, ce que souhaitent de nombreux Palestiniens et bien d'autres.

La position du commandant des forces palestiniennes place soi-disant les diverses unités militaires, de sécurité et de renseignements palestiniennes entre les mains d'un seul dirigeant, qui est censé faire respecter la loi. Mais ces forces sont maintenant en pleine confusion, la majorité des organismes de sécurité palestiniens en uniforme devant être réorganisés après quatre années d'efforts intensifs par Israël pour les écraser.