Pour une taxe sur les tissus biologiques

La recherche biomédicale nécessite aujourd'hui la collaboration des malades, des universités et des laboratoires privés. Pourtant, seules les universités et les laboratoires qui apportent de nouvelles connaissances et une nouvelle technologie ont juridiquement le droit d'en tirer un bénéfice financier. Les malades qui apportent leurs tissus ne peuvent recevoir une indemnité en échange de leur contribution. Pour une partie de l'opinion publique, c'est injuste, car les universités et les laboratoires s'approprient entièrement leurs tissus. Pour une autre partie de l'opinion, c'est une bonne chose, car indemniser les donneurs pourrait freiner les progrès scientifiques et techniques. Y a-t-il un moyen d'éviter ces deux écueils et de trouver un modèle à la fois équitable et raisonnable ?

Paradoxalement, cette différence d'approche a des fondements à la fois moraux et économiques. La législation européenne déclare que le corps humain et les éléments qui le composent ne peuvent donner lieu à des gains financiers , ceci pour des raisons liées à la dignité humaine. La législation américaine n'accorde pas aux malades un droit de propriété sur leurs tissus pour des raisons financières. Reconnaître ce droit imposerait aux universités et aux laboratoires de négocier une juste indemnisation avec chaque donneur de tissu. Et comparée à celle des universités et des entreprises la contribution des malades par leurs tissus est minime. Enfin, pourquoi les donneurs devraient-ils être indemnisés, alors qu'eux-mêmes ou leurs enfants pourront bénéficier à long terme des progrès auxquels ils contribuent ?

Les partisans d'une indemnisation des donneurs s'appuient sur un principe de justice et d'équité. Ils estiment que la différence de traitement entre les différents contributeurs à la recherche altère la confiance de l'opinion publique envers la recherche biomédicale. Selon eux, la contribution des malades ne peut plus être considérée comme secondaire, car ils fournissent des données médicales et des échantillons de tissus de première importance aux universités et aux laboratoires. En conséquence, les malades sont de plus en plus nombreux à abandonner l'idée d'une participation altruiste à la recherche et à demander une indemnisation en échange de leurs tissus. Mais étant donné l'état de la législation en Amérique et en Europe, répondre à leur demande suppose la création d'un nouveau cadre juridique. Plusieurs modèles sont en concurrence.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EriKoy1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.