Le mirage post-national

MADRID – Le philosophe allemand Jürgen Habermas a défini notre époque comme celle de « l'âge de l'identité post-nationale ». Essayez de convaincre le président russe Vladimir Poutine de cela.

En effet, le grand paradoxe de l'ère actuelle de la mondialisation est que la recherche d'homogénéité s'est accompagnée d'un désir de racines ethniques et religieuses. Ce qu'Albert Einstein considérait comme un « fantasme malin » reste une force puissante, même au sein de l'Europe unie, où le nationalisme régional et le nativisme xénophobe ne se sont pas près de disparaître.

Dans les guerres des Balkans des années 1990, des communautés qui avaient partagé les mêmes territoires pendant des siècles et des individus qui avaient grandi ensemble et sont allés dans les mêmes écoles, se battus férocement les uns contre les autres. L'identité, pour employer une expression freudienne, a été réduite au narcissisme des différences mineures.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Xn1TYAh/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.