21

Le piège de Gaza

TEL AVIV – L'Opération Protective Edge d'Israël contre le Hamas dans Gaza est le genre de guerre asymétrique qui a marqué presque tous les conflits du Moyen-Orient ces dernières années. Les victoires dans ces guerres sont toujours hors d'atteinte.

Quels que soient les succès de la supériorité de l'armée d'Israël et de ses systèmes antimissiles et aussi épouvantable que paraisse les ravages de la bande de Gaza, le Hamas va survivre, ne serait-ce que parce qu'Israël souhaite qu'il en soit ainsi. L'autre solution (l'anarchie djihadiste qui transformerait Gaza en une Somalie palestinienne) est tout simplement trop insupportable à envisager.

La rhétorique vantarde du chef du Hamas Khaled Meshal ne peut pas cacher le fait que la puissance militaire du Hamas a essuyé un coup dévastateur. Mais à moins qu'Israël ne soit prête à payer un prix exceptionnellement lourd en termes de réputation internationale par l'occupation de Gaza et la destruction de l'ensemble l'armée et de l'arsenal, le Hamas peut encore prétendre à la victoire, après avoir survécu à un autre assaut du colossal appareil militaire d'Israël.

La puissance supérieure dans un conflit asymétrique a toujours un problème de définition de ses objectifs. Dans ce cas, Israël aspire à atteindre le « calme » avec un nombre assez faible de victimes civiles palestiniennes afin de limiter les critiques internationales. Mais l'échec à atteindre cet objectif est précisément le point par où la puissance supérieure est battue dans les conflits asymétriques. En outre, « le calme » n'est pas un objectif stratégique et le moyen d'y parvenir pour Israël (une guerre tous les deux ou trois ans) n'est pas particulièrement convaincant.