La révolte des chiites saoudiens

BEYROUTH   - le 24 février dernier, de violents affrontements ont opposé des pèlerins chiites à la police religieuse et aux forces de police saoudiennes à l’entrée de la mosquée du prophète Mahomet à Médine. Autant la date que le lieu des heurts pourrait avoir de graves conséquences pour la sécurité nationale, voire pour le régime saoudien.

Quelques 2000 pèlerins chiites s’étaient rassemblés près de la mosquée qui abrite la tombe du Prophète pour commérer la date de sa mort, une pratique religieuse que la secte wahhabite au pouvoir juge hérétique et idolâtre. Pour cette raison, la police religieuse (Mutawa’ah) du Comité de la Promotion de la Vertu et de la Prévention du Vice, armée de bâtons et appuyée par les forces de police qui tiraient en l’air, a tenté de disperser les pèlerins, qui ont résisté. Trois d’entre eux ont été tués et des centaines de personnes ont été blessées dans la panique qui s’est ensuivie. Plusieurs pèlerins sont toujours détenus, dont 15 adolescents.

Peu après les incidents, une délégation de la communauté chiite saoudienne a cherché à obtenir une entrevue avec le roi Abdallah pour tenter de faire libérer les détenus. Le dialogue semblait être une stratégie prometteuse�: dix jours plus tôt, Abdallah avait annoncé un ambitieux programme de réformes des institutions du pays. Mais le roi a refusé de recevoir la délégation chiite.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/CX7uoS1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.