Richard Lambert  and John Springford,  British Isolation from Europe as euroskeptics gained considerable force, pound euro taxrebate.org.uk/Flickr

Un splendide isolement ?

LONDRES – Selon certains, la participation de la Grande-Bretagne à l’Union européenne a enchaîné son économie à un mort-vivant. Le Royaume-Uni se serait ainsi empêtré dans des montagnes de tracasseries administratives pour avoir le privilège de rejoindre un bloc d’économies moribondes sans grandes perspectives de croissance. En conséquence, les exportateurs britanniques auraient été empêchés de profiter des marchés en forte croissance du Commonwealth et des pays en voie de développement.

Voilà, en gros, le point de vue des eurosceptiques britanniques ; une opinion qui distille un parfum de vérité ces dernières années en conséquence de la crise au ralenti que l’Europe vient de vivre. Les faits cependant racontent une autre histoire.

Une nouvelle étude du Centre for European Reform (CER) pose la question : Quelle est la valeur réelle pour le Royaume-Uni de faire partie du marché commun ? La réponse habituelle à cette question est qu’une intégration étroite avec le continent européen permet d’accéder à un marché de plus de 500 millions d’habitants et injecte aussi des doses salutaires de concurrence et d’investissements dans l’économie britannique, contribuant ainsi à la hausse de sa productivité.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/FzQYXw2/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.