8

Les limites de la Terre promise allemande

MUNICH – Les migrants qui cherchent à échapper à la pauvreté et à la guerre arrivent en Europe par centaines de milliers. Ils sont encore la plupart du temps bien accueillis, mais la capacité des centres d'accueil est en train d'atteindre rapidement ses limites. Pour stopper le flux des migrants sur la route des Balkans, la Hongrie a imposé des contrôles à ses frontières et a été rapidement suivie par l'Allemagne, l'Autriche, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, la République tchèque, les Pays-Bas et la Pologne.

L'Allemagne est la destination préférée des migrants. Jusqu'à présent cette année, la moitié de toutes les demandes d'asile dans l'Union européenne y ont été déposées, bien que ce pays ne représente que 16% de la population de l'UE. En septembre, l'Allemagne avait probablement reçu près de 400 000 demandes ou plus, avec l'augmentation spectaculaire des flux de migration depuis l'été et avant le rétablissement des contrôles aux frontières, ce qui devrait faire monter le nombre de demandeurs d'asile à 800 000 cette année.

Par ailleurs, l'immigration régulière en Allemagne pourrait atteindre à nouveau le seuil des 400 000 personnes, comme en 2014. Le total représenterait une immigration nette de 1,5% de la population résidente : une proportion très élevée selon les normes historiques et internationales.

La raison de la forte préférence des migrants pour l'Allemagne, c'est que ce pays, comme la Suède, a le système d'asile le plus libéral de l'Europe et alloue des aides financières particulièrement élevées pour accueillir les nouveaux arrivants. Entre 1 000 euros (1 120 dollars) et 1 200 euros par personne et par mois sont virés aux municipalités pour couvrir leurs frais d'accueil. La valeur des avantages que les migrants reçoivent en Allemagne est un multiple du salaire qu'ils peuvent gagner dans leur pays d'origine (quand ils parviennent à trouver un emploi chez eux).