0

Pour un Rééquilibrage des Relations Economiques Sino-Américaines

CAMBRIDGE – Les Etats-Unis et la Chine menacent de plus en plus sérieusement, à mesure que l’économie mondiale se stabilise, de reprendre doucement les habitudes économiques qui étaient les leurs avant la crise et qui constituent un risque, pour eux et le reste du monde. Les Chinois ont beau claironner leur désir d’abandonner le dollar comme monnaie de référence et les législateurs américains être démangés de l’envie d’introduire la clause dite “Achetez américain” (qui n’effraie pas seulement les Chinois, mais tout le monde), personne ne voudra faire de vagues, le navire ayant failli couler à pic. Et en attendant, la Chine enregistre toujours un excédent commercial record, et les Etats-Unis sont toujours enfermés dans leur cycle dépenses-emprunts.

Il est tentant, dans l’immédiat, de se réfugier dans une stabilité à court terme. Mais si les Etats-Unis et la Chine se contentent de reprendre leurs échanges commerciaux et leur relation débiteur-créancier, là où ils les avaient laissés, comment ferons-nous pour échapper à la logique de non-viabilité que nous venons de voir à l’œuvre? Après tout, le grand facteur déclenchant du récent marasme financier n’est-il pas dans les emprunts massifs que les Etats-Unis ont faits à l’étranger, avec une Chine extraordinairement vulnérable à la baisse brutale de la demande globale, du fait de sa dépendance excessive à l’égard d’une croissance fondée sur l’exportation?

Ces pays ont bénéficié tous deux de plans de stimulation budgétaire qui leur ont passagèrement évité des dégâts supplémentaires, mais où est l’indispensable changement? Ne vaut-il pas mieux accepter d’autres mesures maintenant, en ralentissant le rythme de cette croissance d’après crise, plutôt de s’exposer à une catastrophe plus terrible encore?

Certes, l’administration américaine et le pouvoir chinois préconisent, l’une comme l’autre, de sages propositions de changement. Mais y mettent-ils assez de conviction? Timothy Geithner, le secrétaire américain au Trésor, suggère un plan de sauvetage du système financier d’une portée considérable, et en Chine, les responsables s’engagent vers l’amélioration de la couverture sociale pour le pays.