0

Les Ręves impériaux de Poutine

Diviser un peuple pour le conquérir est ne stratégie immorale que l’on retrouve ŕ travers toute l’histoire écrite. Depuis Alexandre le Grand jusqu’ŕ Staline le Cruel, des variantes de cette stratégie ont été utilisées pour maintenir des nations entičres sous l’emprise d’un empereur.

On voit aujourd’hui cette stratégie ŕ l’śuvre ŕ nouveau avec le président Vladimir Poutine, qui cherche furtivement ŕ restaurer la suprématie du Kremlin sur les territoires considérés comme « perdus » quand l’URSS implosa en 1991.

Ainsi, en allant trop loin lors des récentes élections en Ukraine, cependant, M. Poutine a clairement dévoilé au monde ses intentions néo-impérialistes. Dans le sillage de l’euphorie des manifestations populaires de masse ŕ Kiev, le président russe a depuis déclaré qu’il peut travailler avec tout gouvernement que le peuple ukrainien choisira. Ce ne sont lŕ que de simples mots, car en pensée et en action, M. Poutine ne veut pas que l’Ukraine soit dirigée par une personne qu’il n’aurait pas lui-męme mise en place. Aucun prix n’est trop élevé pour parvenir ŕ ses fins, aussi les menaces traditionnelles sur la division de l’Ukraine ont été ressorties des oubliettes.

Je m’exprime ici du point de vue de celui qui a été la cible des desseins impérialistes russes. Quand la Lituanie, puis les autres États baltes, l’Estonie et la Lettonie, qui furent occupés par Staline au début de la Deuxičme guerre mondiale, ont saisi leur chance pour se libérer en 1990-1991, le Kremlin n’est pas resté passif. Il savait que les reste des colonies russes, les soi-disant « Républiques russes », exprimeraient leur volonté de suivre vers la liberté les républiques baltes peu reconnaissantes.