London Tower Bridge Daniel Berehulak/Getty Images

Les Britanniques à l’épreuve de la raison

PARIS – Si les électeurs britanniques décident, lors du référendum du 23 juin, de quitter l’Union européenne, ce ne sera pas pour des raisons économiques. Peut-être choisiront-ils le Brexit parce qu’ils souhaitent retrouver leur totale souveraineté, parce qu’ils détestent Bruxelles ou parce qu’ils veulent que les migrants rentrent chez eux, mais certainement pas parce qu’ils en attendent de grands avantages économiques.

Le camp pro-Brexit semblait au départ avoir en main deux cartes maîtresses. La première était que les Britanniques, dans leur écrasante majorité, rejettent le transfert budgétaire net de leur pays au reste de l’UE, qui se monte actuellement à 0,4 % du PIB. Depuis que Margaret Thatcher a demandé, en 1979, « qu’on [lui] rende son argent », les coûts budgétaires de l’appartenance à l’UE ont complètement éclipsé, aux yeux de l’opinion, ses avantages économiques.

La seconde carte, c’était l’état déplorable de l’économie en Europe continentale. Qu’il s’agisse de la croissance du PIB, de l’emploi ou de l’innovation, les autres pays de l’UE sont, en moyenne, distancés par le Royaume-Uni (et plus encore par les États-Unis). Si l’appartenance à l’UE était autrefois considérée comme une porte ouverte sur la prospérité, elle fait aujourd’hui figure de frein à la réussite économique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/xjOgIvs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.