Notre avenir à faibles émissions de carbone

LONDRES – La conférence des Nations unies sur le changement climatique, qui aura lieu en décembre à Copenhague, sera sans doute le point culminant de deux années de négociations en vue d’un nouveau traité mondial visant à corriger les causes et les conséquences des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Un accord mondial sur le changement climatique est nécessaire de toute urgence. Les concentrations de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre ont atteint 435 parties par millions (ppm) en équivalent CO2, comparé à près de 280 ppm avant l’industrialisation du XIXe siècle.

Si nous continuons sur notre lancée, à savoir des activités liées à l’utilisation de combustibles fossiles et à la déforestation, les concentrations pourraient atteindre 750 ppm d’ici la fin du siècle. Dans ce cas de figure, l’élévation probable des températures moyennes sera de 5° ou plus par rapport à la moyenne de la période préindustrielle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/M1Yf9Uv/fr;