La Censure à Hongkong

On ne voit aucune botte militaire défiler au pas dans les centres commerciaux raffinés de Hongkong, mais dans le fond de l'air, une bouffée de totalitarisme est bien perceptible. Les expressions révélatrices sont sur toutes les lèvres : discussions sur la nécessité des lois anti-subversion, contrôle de la presse, gouvernement fort, ajustement aux nouvelles réalités de Hongkong. Tout le monde regarde vers le grand voisin du nord pour trouver une orientation et râle contre l'opportunisme.

La majeure partie du globe a cessé de s'intéresser à Hongkong après 1997 quand l'"Anschluss" avec la Chine n'a pas produit immédiatement de grands bouleversements. Au cours des deux dernières années, cependant, le rythme de l'intégration à la République populaire de Chine s'est intensifié de manière décisive.

La vie quotidienne du South China Morning Post , le principal quotidien de langue anglaise de Hongkong, et de ce fait un indicateur politique manifeste, offre une vue sur de qui se passe dans toutes les institutions de Hongkong. L'atmosphère du journal a commencé à s'assombrir de manière notable quand ses journalistes-phares furent écartés, les uns après les autres.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/ZRlsFNb/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.