Le processus de paix défectueux d’Obama

MADRID – Depuis ses débuts à Oslo il y a presque vingt ans, le processus de paix israélo-palestinien a été contrarié par les dysfonctionnements des systèmes politiques de part et d’autre. Otage d’une impossible coalition et d’un mouvement d’implantation de fanatiques autonomes, l’action du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu est fortement compromise. Ses homologues palestiniens ne sont pas en meilleure posture.

La clique qui entoure aujourd’hui le Président palestinien Mahmoud Abbas incarne l’amère déception qu’a représenté le processus de paix débuté avec l’accord d’Oslo et ce qu’il a signifié pour les Palestiniens. De plus, l’Autorité Palestinienne n’est parvenue ni à représenter la majorité des Palestiniens ni à gouverner avec des moyens démocratiques.

Le mandat présidentiel d’Abbas arrive à son terme, et les élections sont perpétuellement reportées. Le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, Salam Fayyad, comme son homologue à Gaza, gouverne par décret, maintient inactif le parlement et met au silence l’opposition. En l’absence de légitimité institutionnelle démocratique, l’Autorité Palestinienne ne peut que se reposer sur ses forces de sécurité et celles de l’occupant, Israël, pour imposer sa volonté.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/j6grOjz/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.