Stefano Montesi/Corbis/Getty Images

La mondialisation comme seule réponse possible

WASHINGTON, DC – Le référendum du Brexit au Royaume-Uni et la course à la présidence des États-Unis ont témoigné, entre autres choses, d'un manque de confiance croissant de la part de l'opinion publique à l'égard de l'intégration mondiale. Ce manque de confiance risque de faire avorter les nouveaux accords actuellement à l'étude et d'empêcher de contracter les prochains.

Il ne faut pas sous-estimer le danger d'un tel scénario. L'isolationnisme et le protectionnisme, s'ils sont poussés trop loin, risquent de mettre en panne le moteur économique fondé sur le commerce, auquel le monde doit des décennies de paix et de prospérité.

En tant qu'ancienne ministre du Costa Rica, je sais à quel point il peut être difficile pour certains pays, développés ou en voie de développement, d'élaborer des politiques commerciales à même de fournir des bénéfices à l'ensemble de leurs citoyens. Mais le simple fait que la gestion des effets de la mondialisation soit difficile ne signifie pas que nous devons baisser les bras et abandonner.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/hEd0VZd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.