New York, capitale dadaïste

Je regarde Central Park, et je me souviens que dans une petite ville du nord de la Roumanie, il y a cinquante ans, un grand homme aux cheveux blancs déclamait ce poème : “Les couleurs rouge et noir.”  Alors que je contemple le parc, me reviennent ces vers de l'époque stalinienne :

                                    À New York, tout est beau.

                                    Les héros viennent, les héros s'en vont.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/xunHVuX/fr;