nsofor2_AndiaUniversal Images Group via Getty Images_malariavaccinedoctorsafrica Andia/Universal Images Group via Getty Images

Pourquoi le vaccin contre Ebola ne suffit pas

ABUJA – Quand le mois dernier, la FDA a homologué le nouveau vaccin Ervebo contre Ebola, j’étais ravi. Ervebo peut rapidement produire une réaction immunitaire après une seule dose, assurant jusqu’à dix jours de protection. Si seulement un tel vaccin avait existé il y a quelques années, me disais-je.

En 2015, j’ai codirigé une évaluation mandatée par l’Union africaine effectuée par EpiAFRIC des initiatives de l’UA pour combattre les épidémies Ebola en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Pendant deux semaines, mon équipe et moi avons voyagé dans trois pays pour interviewer des bénévoles de l’UA, des membres des communautés, des partenaires internationaux, des cadres haut placés des ministères de la Santé et d’autres intervenants pour enrayer cette épidémie. Nous avons également visité le Centre de traitement d’Ebola de Coyah, en Guinée.

Dans le cadre de l’évaluation, nous avons constaté les effets catastrophiques du virus Ebola ; et dans quelle mesure la vulnérabilité des réseaux de santé a permis à l’infection de se propager comme une traînée de poudre dans les trois pays les plus touchés. Au bout du compte, il nous est apparu évident qu’un réseau de santé plus robuste aurait pu prévenir l’épidémie et aurait même aidé à l’enrayer son déclenchement. À l’époque, nous souhaitions tous ardemment un vaccin contre Ebola.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/BvoPTuBfr