0

L’inutile exigence de Netanyahu

HAIFA – Depuis la guerre des six jours de juin 1967, un petit nombre d’israéliens, pas tous de gauche, on soutenu l’idée de l’existence de deux états comme solution au conflit israélo-palestinien. La plupart de leurs compatriotes ont rejeté cette idée, comme d’ailleurs les Palestiniens. Les Israéliens ont justifié leur position par la question suivante : depuis quand les Palestiniens sont-ils devenus une nation méritant de devenir un état ? Les palestiniens, en retour, posaient la question suivante : pourquoi les juifs, communauté religieuse dispersée de par le monde, auraient-ils leur propre état ?

Beaucoup d’eau a dû couler sous les ponts avant que cette idée d’un solution de deux états, que ce soit pour des raisons morales ou pratiques, s’infiltre dans la réflexion politique et idéologique israélienne et palestinienne. On s’est peu à peu habitué à l’expression “Etat Palestinien,” et ceux qui s’associaient à cette idée ont reçu un soutien et gagné un prestige international.

Après que les leaders travaillistes Shimon Peres, Yitzhak Rabin, et Ehud Barak aient adopté le concept de deux états, quelques membres du Likud finirent par l’adopter aussi : Tzipi Livni, Ehud Olmert, et Ariel Sharon. Jusqu’à ce qu’enfin, même le bastion de droite en la personne de Benjamin Netanyahu en admette l’idée. Nous pouvons nous féliciter : mieux vaut tard que jamais !

Nous sommes tous conscients que le chemin vers la réalisation de ce rêve est jonché d’obstacles et de difficultés, que ce soit du côté israélien comme du côté palestinien. Il me semble que certaines des conditions préalables posées par le Premier Ministre Israélien dans son récent discours largement diffusé sont pleinement justifiées. D’autres, par contre, sont inutiles et ne font que compliquer plus encore une situation déjà complexe et problématique.