Le choix de Netanyahu

Ramallah – A l’approche du sommet entre le président américain Barack Obama et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, la question au coeur des discussions est la suivante : le leader israélien nouvellement élu va-t-il finalement se prononcer en faveur d’une solution à deux Etats ? Cette question n’est pas la bonne. Les Israéliens ne devraient pas déterminer le statut de l’entité palestinienne et, de leur côté, les Palestiniens ne devraient pas avoir leur mot à dire sur la façon dont les Israéliens appellent leur propre État.

Obama devrait plutôt et seulement demander à Netanyahu quand Israël quittera les territoires palestiniens occupés. Les tentatives d’obscurcissement – que ce soit en parlant d’une « paix économique » ou en insistant pour que les Arabes reconnaissent la judaïté de l’Etat d’Israël –ne devraient pas torpiller l’objectif de mettre un terme à une occupation inadmissible.

Durant la première réunion d’Obama avec un dirigeant du Moyen-Orient, un plan arabe simple et courageux a été ébauché. Le roi Abdallah II de Jordanie, à qui les leaders arabes avaient donné voix au chapitre, a présenté officiellement le plan de paix conçu par la Ligue arabe et par l’Organisation de la Conférence islamique. Malgré les guerres d’Israël au Liban et à Gaza, les Arabes ont proposé de normaliser les relations dès lors qu’Israël quitterait les terres qu’il occupe depuis 1967.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/402z5R7/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.