Alejandro Pagni/AFP/Getty Images

Mères des disparues

WASHINGTON, DC – « Nous sommes allées en justice. Nous avons voulu empêcher les disparitions, y mettre un terme. Malheureusement, je vois encore des filles disparaître. Je ne veux pas être négative, mais je ne sais pas quand cela s'arrêtera, » a déclaré Paula Flores, de Juarez au Mexique, le 3 juillet 2016, 18 ans après la disparition et le meurtre de sa fille, Maria Sagrario Gonzalez Flores.

Des femmes comme Flores, surtout les mères des victimes de violence, sont constamment à l'avant-garde du militantisme des droits de l'homme sur des questions telles que les disparitions forcées, les meurtres et les abus commis par l'armée. Là où les institutions publiques ou les élus ne parviennent pas à prendre des mesures contre cette violence, ces femmes ont rempli un vide, en renversant les rôles traditionnels des deux sexes dans le processus.

Demander justice au Mexique, un pays où 98 % des infractions ne sont jamais condamnées, n'est pas une mince affaire. Les mères et grands-mères militantes du pays suivent la tradition latino-américaine de celles qui les ont devancées, comme les mères de la Plaza de Mayo, qui en 1977 ont commencé à défiler devant le palais présidentiel de Buenos Aires en Argentine, pour protester contre la disparition massive des enfants sous la dictature militaire. Elles ont défilé chaque semaine des années durant et ont obligé à ouvrir le débat public sur les violations des droits de l'homme sous la dictature.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/HlcoE4I/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.