Adieu au ciblage de l’inflation?

NEWPORT BEACH – En l'espace de quatre jours à la mi-décembre, trois événements apparemment indépendants ont donné à penser que la pratique des banques centrales modernes est en train de connaître une révolution historique. Les implications dépassent largement les cercles académique et politique. Si ce changement de paradigme se concrétise – ce qui semble probable – il affectera les performances économiques, le fonctionnement des marchés et l'évaluation du prix des actifs.

La série des trois événements a débuté le 12 décembre aux États-Unis, lorsque la Réserve fédérale, menée par Ben Bernanke, a annoncé qu'elle ferait bien plus que doubler (à un milliard de dollar) le volume de ses achats de titres boursiers en 2013 destinés à stimuler l'économie. La Fed n’a également laissé aucun doute quant au fait qu’elle maintiendrait son pied sur l'accélérateur tant que le taux de chômage aux USA ne diminue pas de façon significative, au moins à 6,5% , et tant que l'inflation reste contenue à ou en dessous de 2,5%.

Selon la plupart des analystes, la vraie nouveauté de l'annonce résidait dans la volonté de la Fed d'être explicite quant aux seuils quantitatifs de ses politiques et, par conséquent, quant à l'évolution future de sa politique monétaire. Toutefois, ma lecture de ce que la Fed a annoncé (et ce que Bernanke a déclaré dans la conférence de presse qui a suivi) suggère que l'innovation va au-delà de cela.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/cnWuQ3Y/fr;