5

L’histoire d’amour entre la Fed et  les marchés

LAGUNA BEACH – Conduire ma fille de 11 ans à l’école tous les matins est toujours amusant et souvent propice à la réflexion. Ce fut assurément le cas la semaine dernière lorsqu’elle me fit remarquer un détail du film La Reine Des Neiges, le dernier grand succès de Disney, qui m’avait totalement échappé. « C’est inhabituel », me dit-elle, « pour un film Disney de nous dire de ne pas épouser quelqu’un que l’on vient de rencontrer ».

Vers le début du film, la princesse Anna rencontre le prince Hans lors du bal qui suit le couronnement de sa sœur, la princesse Elsa. Ils s’entendent très vite à merveille, et « tombent amoureux ». Dans la foulée, le prince demande la main d’Anna, qui accepte, mais Elsa refuse de la lui accorder.

Il faut ensuite à Anna la durée du film pour se rendre compte que Hans est un affreux, déterminé à se débarrasser d’elle et de sa sœur pour s’emparer du royaume. Heureusement pour Anna, elle bénéficie de l’aide d’un roturier formidable – Kristoff – qu’elle rencontre au cours de ses aventures. Contrairement à Hans, il est sincère et fiable et les deux finissent par être épris l’un de l’autre.

Après plusieurs décennies de films Disney, nous avons été conditionnés à nous attendre à ce que les princesses tombent instantanément amoureuses de leur prince charmant, une histoire dont la conclusion est inévitablement « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». S’il y a des problèmes ou des obstacles (surtout dans les films les plus récents), ils sont rapidement surmontés (en général avec humour).