Repenser le mercantilisme

CAMBRIDGE – Un homme d’affaires entre dans le bureau d'un ministre pour lui demander de l'aide. Que doit faire le ministre ? L’inviter à prendre un café et lui demander ce que le gouvernement peut faire pour lui ? Ou le renvoyer sous prétexte que le gouvernement ne doit pas rendre service au monde des affaires ?

Cette question est une sorte de test de Rorschach pour économistes et décideurs politiques. D’un côté se trouvent les partisans d’un marché libre et les économistes néo-classiques, qui croient en une ferme séparation entre l'état et le monde des affaires. A leurs yeux, le rôle du gouvernement est d’établir des règles et des règlements stricts et de laisser les entreprises marcher ou crever dans leur coin. Les fonctionnaires devraient se détacher de leurs propres intérêts sans jamais essayer de faire ami-ami avec l’autre monde. Après tout, c’est le consommateur, et non le producteur, qui est roi.

Cette vision reflète une honorable tradition qui remonte à Adam Smith et se taille encore une belle place dans les manuels d'économies d’aujourd’hui. C’est aussi le point de vue qui prédomine dans les systèmes de gouvernance états-unien et britannique et dans d'autres sociétés régies par les principes anglo-américains – même si, en réalité, une certaine déviation des idéaux s’est opérée.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/t7jaPXd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.